Sidi Said baisse le pantalon devant la secrétaire générale de la CSI
By ghalem bouha On 29 avr, 2015 At 07:56 | Categorized As Actualités, Infos_show | With 0 Comments

saidbur

 Par Ghalem BOUHA

Dans la lettre ci-dessous, M. SIDI SAID, patron de l’UGTA invite la secrétaire générale de la CSI (confédération syndicale internationale), Mme SHARRAN BURROW à venir participer aux festivités du 1er mai à El Oued.

invitation291

Pourtant, cela fait quelques mois, le même Sidi Said avait mené une campagne féroce contre cette dame la traitant de « Harki » et en la qualifiant de tous les  noms d’oiseaux refusant d’après ses dires l’ingérence des organisations internationales dans les affaires internes de l’Algérie, allant jusqu’à  insinuer qu’il s’agit de la main étrangère.

Pour rappel et suite aux  pratiques anti-démocratiques,  au positionnement aveugle et à la complicité de la centrale syndicale avec le pouvoir, l’UGTA avait perdu sa place au sein de la CSI et de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) en juin 2014.

Depuis, Sidi Said n’arrive pas à plus à digérer la pilule ; à savoir qu’il a contribué par son travail néfaste à mettre l’Algérie sur le banc des nations à l’écart des états  démocratiques en l’assimilant aux pays comme la Birmanie et la Corée du Nord.

Au lieu de faire son autocritique, corriger ses erreurs et revenir aux sources du combat syndical, Sidi SAID est monté au créneau croyant que les médias algériens à la solde de son maitre allaient le sauver. Sauf, là,  il s’agit de l’international qui fonctionne selon des canons autrement transparents et syndicalistes.

Mais si, Sidi Said, a fait volteface en invitant Mme SHARRAN BURROW à venir festoyer dans le sud algérien comme si de rien n’y était, c’est qu’il a dû recevoir  des remontrances de ses chefs.

C’est, déjà, trop tard, le mal est fait, la secrétaire générale de la CSI,  lui oppose une fin de non-recevoir, elle ira marcher le 1er mai 2015 aux cotés des travailleurs sous des cieux plus cléments que l’Algérie de Sidi Said où les syndicalistes et travailleurs sont licenciés, harcelés et emprisonnés comme ceux de Laghouat et d’El Oued.

Justement, nous venons d’apprendre à l’instant la convocation par la police du caricaturiste à El Oued de  Tahar HADJICH pour avoir commis un dessin diffamant soi-disant, le président de la république Toute honte bue, SIDI SAID, ira se goinfrer de méchoui et de dattes en étant satisfait des avancées démocratiques de Fakhamatahou.

About -

comment closed