l’OIT adopte une résolution enjoignant le gouvernement algérien de respecter ses engagements.
By admin On 15 juin, 2015 At 03:33 | Categorized As Actualités, Communiqués, Droits de l'homme, Infos_show, Luttes sociales, Politique | With 0 Comments

Communiqué

CGATA.OIT_.01

La CGATA-SNAPAP informe l’ensemble des travailleuses et travailleurs que suite à la campagne internationale qui a duré plusieurs années et pendant la 104 eme session de la conférence de l’OIT (Organisation Internationale de Travail de l’ONU) tenue du 1er au 13 juin 2015 à Genève, la commission des normes a adopté une résolution enjoignant l’Algérie de :
– De Réintégrer les syndicalistes suspendus et révoqués et d’informer l’OIT de la régularisation de leur situation
– D’agir avec célérité pour enregistrer les syndicats et informer l’OIT sur ceux enregistrés à la suite de la conférence
– De s’assurer du suivi du code (projet du code de travail) et sa conformité avec les conventions internationales de l’O.I.T ratifiées par Algérie.

- De fournir des informations détaillées sur le code de travail (projet du code de travail)
Même si les représentants de quelques gouvernements des pays arabes et africains, du Venezuela, ceux de l’UGTA, et l’ex député, en sa qualité de pseudo SG du clone du SNAPAP aient défendu le gouvernement et le projet du code du travail, les représentants du patronat Algérien ont gardé le silence absolu. Il est à noter que la totalité des syndicats internationaux dont la CSI Arabe, ont pris la défense de la CGATA (SNAPAP, SNAP, SNAT, SNATEG, SESS et SNTFTPE).
La CGATA qui avait demandé par écrit au ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale l’ouverture de négociations pour régler au niveau interne ces problèmes en suspens depuis plusieurs années n’a eut que le silence comme seule et unique réponse. Ceux qui ont le pouvoir de décision en Algérie doivent comprendre qu’on ne peut tout le temps présenter une vitrine démocratique au niveau international et appliquer un autoritarisme sinon le totalitarisme au niveau interne.
La CGATA poursuivra son travail pour un mouvement syndicat autonome, revendicatif en Algérie et son articulation avec le mouvement syndical international.

Le président
Rachid Malaoui

About -

comment closed