dénonciation de csi sur l’arrestation des syndicalistes

Monsieur le Ministre,CGATA.CSI
La Confédération syndicale
internationale
(CSI), qui représente
180 millions de travailleurs au sein de 333 organisations affiliées nationales dans 162 pays et territoires
dans le monde, proteste énergiquement contre l’arrestation des syndicalistes et militants des droits de l’homme, aussi bien que la réquisition de la maison des syndicaux autonomes de Bab Ezzouar pour empêcher une réunion pacifique et légitime de la société civile.
D’après les informations qui nous sont parvenues de notre affiliée la Confédération Générale
Autonome des Travailleurs en Algérie (CGATA), le 6 Février 2016, sur réquisition du Waly d’Alger des centaines de policiers ont été dépêchés devant les locaux de la Maison des Syndicats pour interdire la tenue d’une réunie dont l’objectif était de discuter de la situation sociale, économique et politique du pays et plus précisément,l’impact des initiatives législatives telle que l’amendement de la constitution et la loi des finances 2016.

L’encerclement du siège des syndicats a été suivi d’interpellations de syndicalistes, parmi lesquellesMr Lotfi ALLAM, Président du Syndicat nationalduTransport SNATT, aussi bien que des militants des droits de l’homme et d’autres membres actifs de la société civilecomme Ma Salah DABOUZ,
Président du bureau de la Ligue Algérienne pour la défense de Droits de l’homme (LADDH) et Mr Hacène FERHATI, représentant du collectif SOS Disparus.
D’autres syndicalisteset un membre du syndicat des avocats ont également été interpellés et empêchés d’accéder à la maison des syndicats.

La CSI dénonce ces agissements des autorités algériennes qui s’ajoutent encoreà une longue liste de cas de violations de la liberté syndicale et de répression à l’égard de nombreux syndicalistes.

La CSI rappelle que Algérie a ratifié la Convention (n° 87) sur la liberté syndicale et la protection du
droit syndical (1948). Tenir des réunions est une activité syndicale légitime et est la base de la liberté  d’association.
L’arrestation et interpellation des syndicalistes et militants des droits de l’homme et l’encerclement et la réquisition de la maison des syndicaux autonomes
de Bab Ezzouar constituent une grave violation des obligations de l’Algérie de garantir le droit de la liberté d’association de ces  citoyens.Comme l’a confirmé la Commission sur la Liberté Syndicale au sein du BIT:«Toute perquisition au siège d’un syndicat ainsi qu’au domicile de syndicalistes sans mandat judiciaire constitue une très grave violation de la liberté syndicale.
:ITUC-letterheadfooter 2.jpg

En conséquence, la CSI exige du gouvernement algérien la

libération immédiate et inconditionnelle
des syndicalistes et militants des droits de l’homme
interpellés  ainsi quel’évacuation des forces de l’ordre des abordsde la maison des Syndicats sis àBab Ezzouar
pour permettre l’exercice libre et  indépendante des activités syndicales de CGATA et de ses organisations affiliées.

La Confédération syndicale internationale (CSI) sera attentive à la suite que les autorités gouvernement a les réserveront
à la présente situation et ne s’empêchera pas, si cela s’avère nécessaire, de porter plainte contre le gouvernement algérien auprès des institutions internationales pour violation des droits et libertés des syndicalistes et autres militants des droits de l’homme.

Veuillez agréer l’expression de mes sentiments disting

About -

comment closed