ALERTE CORRUPTION : Les pratiques frauduleuses de l’opérateur qatari Ooredoo en Algérie
By admin On 21 avr, 2016 At 05:01 | Categorized As Actualités, Infos_show | With 0 Comments

ooredoo-01_857770_679x417

Par Louise Dimitrakis

En Algérie, l’opérateur de téléphonie mobile qatari Ooredoo est soupçonné d’enfreindre la réglementation sur le transfert des capitaux.

Depuis plus de 2 ans, le champion qatari de la téléphonie en Algérie, Ooredoo, est associé à un programme de formation de jeunes start-ups appelé T-Start qu’il finance à hauteur d’un million de dollars. Une initiative destinée à encourager le développement des nouvelles technologies de communication à travers la création d’un contenu local algérien à forte valeur ajoutée. Sélectionnés par concours, les projets les plus inventifs sont ensuite récompensés à hauteur de 2 millions de dinars algériens (environ 20 000 euros).

Si, en apparence, les intentions sont louables, les dessous du programme le sont moins. Et pour cause. Ooredoo se retrouve au cœur d’un montage financier illégal en Algérie; destiné à transférer illicitement des capitaux en devises à l’étranger.

Opacité à tous les étages

En effet, selon nos informations, les 1 millions de dollars de financement du programme ont été versés par Ooredoo, depuis l’Algérie, sur le compte bancaire d’une société appelée l’Algerian Start-Up Initiative (ASI) fondée à San Francisco par un certain Yacine Rahmoun. Ce dernier, l’un des principaux initiateurs de T-Start avec Brahim Embouazza, en charge du programme pour l’opérateur en Algérie, entretient depuis longtemps un business florissant avec Ooredoo. Depuis l’étranger, l’argent sert ensuite à payer les récompenses de 20 000 euros versés aux gagnants des concours organisés par T-Start.

Or, l’entrée et la sortie de devises sur le territoire algérien est normalement encadré par un dispositif réglementaire très strict, incompatible avec le manque de traçabilité qui caractérise le transfert sur le compte d’ASI à San Francisco. Des pratiques qui commencent à intriguer les autorités algériennes. Au ministère des finances, des discussions ont été entamées sur de la possibilité de diligenter une enquête.

Autre pratique pour le moins abusive, Ooredoo contraint les gagnants des concours récompensés pour leur inventivité à céder des parts du capital de leurs start-up. En cas de refus, les 20 000 euros ne leur sont pas délivrés. Des pratiques qui mettent sérieusement en doute la crédibilité et l’honnêteté de l’opérateur qatari.

LIRE L’ARTICLE A LA SOURCE

http://www.mondafrique.com/pratiques-frauduleuses-de-loperateur-qatari-ooredoo-algerie/

About -

comment closed