Les médecins résidents dans les rues d’Oran
By admin On 24 mai, 2016 At 04:17 | Categorized As Actualités, Infos_show, Luttes sociales | With 0 Comments

residents

Les médecins résidents d’Oran, et d’autres venus de plusieurs villes de la région ouest poursuivent leurs actions de protestations et leur mobilisation contre la loi sanitaire. Fort d’une mobilisation qui s’accroit, ces derniers sont descendus dans la rue ce mardi en organisant une marche partie du centre hospitalier CHU d’Oran et qui a été jusqu’au siège de la direction de la santé. Ils étaient des centaines ainsi à arpenter le bitume vêtu de leurs blouses, huant le ministre de la santé et sa politique qui est en passe de casser la santé publique à Oran et dans le reste du pays. Pour les résidents qui n’en peuvent plus de servir de boucs émissaires à cause des défaillances du système de santé, aggravé par la gestion désastreuses de gestionnaire incompétent et protégé par le ministre. De plus les résidents ne veulent plus de cette disposition qui les obligent à devoir faire un service civile de trois ans à la fin de leurs études de spécialités. Ces derniers dénoncent les conditions qui seront les leurs une fois affectés dans des wilayas où ni moyens, ni plateaux technique et ni logement de fonction ne sera assuré par les pouvoirs publics. D’ailleurs ils insistent pour dire que cette politique de service civil en plus d’être discriminatoire est inefficace et donc refusent les conditions de sa mise en place sans avoir jamais avoir été consulté. La marche est un signe fort lancé par les médecins résident de l’ouest à l’endroit du ministre Boudiaf qui ne cesse de provoquer le ras le bol des professionnels de la santé et alors que la population est toujours celle qui subit de manière brutale, les dysfonctionnements comme les pénuries de médicaments essentiels, les pénuries d’oxygène, les RDV avec plusieurs mois de délais pour une prise en charge spécialisée, les équipements en pannes, les laboratoires ne fonctionnant pas etc…. Un malaise profond que les plus hautes autorités du pays refusent à voir, sauf si désormais la rue va être investit et comme de plus en plus souvent au quatre coins du pays.

Samir E.K

About -

comment closed