ORAN : Sous le pont ZABANA coule une catastrophe urbanistique
By admin On 17 août, 2016 At 09:37 | Categorized As Actualités, Infos_show | With 0 Comments

2

Les oranais sont en droit de se poser des questions et continuent légitimement à s’interroger sur l’effondrement de la route venant ou allant au port d’Oran, traversant par dessous le pont de Zabana et longeant sur le coté inférieur les Tours Chérif en cours de finition de réalisation.

13989540_990959961021300_1459743759_n

Cet éboulement a touché le terrain situé juste en dessous de la grande bâtisse de promotion immobilière bloquant l’accès et la sortie de la ville obligeant la DTP à procéder à une déviation de cette voie de circulation névralgique.

13989565_990959941021302_970452437_n

Une grande partie de la falaise faisant face à la Sonelgaz et Sidi Mhamed est actuellement éventrée défigurant par voie de conséquence le paysage de la cité offrant un spectacle de désolation en cette période estivale où Oran reçoit des millions de touristes.

14011836_990959957687967_1291331136_n

Que s’est-il passé au juste ?

Juste après le dangereux glissement de terrain survenu vers la fin du mois de juillet, les regards se sont pointés vers la SEOR qui réalise actuellement une station de relevage des eaux usées pour dévier la conduite principale déversant à la mer au point dit « COVALAOUA » vers la station d’épuration du quartier de Petit Lac afin de préserver la mer et l’environnement.

14017574_990960014354628_206421762_n

Ensuite, les regards se sont tournés vers les Tours CHERIF situées tout juste en dessus. Cette jolie et monumentale bâtisse composée de 317 logements construits sur deux tours l’une de 21 étages et l’autre de 25 étages, nonobstant les parkings et les centres commerciaux est édifié sur un étroit terrain en mouchoir casé entre deux voies importantes de circulation.

 

Petit à petit, la vox populi s’est souvenu que cela fait quelques années, Chérif avait acquis ce terrain qui appartenait aux catholiques, disait-on,  pour y construire. Après avoir commencé à élever quelques étages sur ce terrain, le wali de l’époque ainsi que le ministre de l’intérieur avaient décidé d’arrêter les travaux,  d’annuler le permis de construire et ordonné la démolition de la construction.

14017806_990959914354638_859416144_n

La construction de plusieurs étages a été effectivement démolie.

Mais……

Passe le temps, passent les responsables et les ministres et ne voila t-il pas que le groupe Cherif revient à la charge en reculant de quelques mètres et relance son projet de construction immobilière ?

13989708_990959964354633_1937318487_n

Après ce grave affaissement  de terrain, beaucoup de questions  refont surface comme par exemple, le terrain en question n’était-il pas frappé d’alignement ? La nature du sol permettait t-elle de supporter une telle charge et un tel poids de 317 logements ? Qui a délivré le permis de construire ? Le CTC (Contrôle technique de la construction) a t-il procédé à toutes les vérifications techniques réglementaires ?

Un expert algérien en géophysique installé aux Etats-Unis, rencontré à Oran a déclaré en privé « Tous les terrains de quelque nature que ce soit peuvent recevoir tout type de construction à condition de procéder au préalable aux études de sol et de géotechniques poussées et de respecter les conclusions des analyses lors de la réalisation« . Il ajoutera « Sauf, que les coûts de renforcement et de stabilisation du sol et du terrain peuvent coûter très chers et grever le coût de la construction. Pour les cas de construction de promotion immobilière, le coût de revient du logement peut atteindre des prix exorbitants et ne pas arranger le promoteur sur le plan de la rentabilité« .

Le site de la promotion Cherif http://www.cherifathmanpromotion.com/detail_promotion.php?ref=1, annonce le prix du mètre carré entre 250 000 et 300 000 DA.

A ce propos, il parait que suite à l’effondrement du terrain, les clients commencent à prendre des distances par rapport à cette promotion. Est-ce la réalité ou de l’intox des autres concurrents ?

1-les-tours-chn-rif

La balle actuellement est dans le camps des autorités qui en ce moment sont en mode « Pause » ou en mode « Vacances ».

About -

comment closed