Déclaration du comité national des femmes SNAPAP / CGATA.

Le comité de femmes SNAPAP vient de célébrer ce 8 mars 2017 journée internationale de la femme travailleuse sous le mot d’ordre <<justice sociale >> ; dans un contexte marqué au plan international par la violence dans les régions de conflits armés ou des millions, fuyant les bombardements dévastateur qui sèment la mort et la destruction, s’exilent pour survivre avec leurs enfants dans des régions lointaines, souvent elles périssent durant leur parcours.

Celles qui résistent, en Palestine, en Syrie, en Irak, en Libye, au Yémen et dans d’autres régions,  luttent tous les jours contre la faim et la misère  pour assurer une dérisoire nourriture et un abri précaire pour leurs enfants et leurs proches.

En Afrique, les multinationales, s’accaparent des richesses sans investir dans des projets socialement humains,  les femmes  mènent une vraie bataille pour le droit à l’eau,  luttent sans répit contre la sécheresse et la rareté de l’eau. Très  souvent, elles parcourent des kilomètres  au risque d’être agressées ou attaquées par les animaux sauvages avant d’atteindre la source d’eau

En Algérie, le constat est très amer,  et la situation des femmes travailleuses, des étudiantes  est accablante. Des étudiantes en Pharmacie, en Médecine dentaires, des Beaux Arts, de l’Institut polytechnique, en grève de la faim, se battent dans conditions indescriptibles, pour le droit de se réaliser et de rester au Pays  dans conditions. Depuis plusieurs mois, ils affrontent et résistent à la répression.  Dans le monde du travail , plus de trois millions de travailleuses précaires constituant le maillon le plus vulnérable des salariés et la catégorie socioprofessionnelles corvéable ,(recrutées dans le cadre de la sous traitance, filet social, pré emploi et vacataire)  dont les salaires n’atteignent pas le SMIG,  vivent dans la pauvreté et dans l’angoisse économique sociale.

Le comité national des femmes travailleuses, à la suite des débats sur les points cruciaux : notamment le travail précaire, pouvoir d’achat, violence à l’égard des femmes en milieu du travail  et justice sociale

Le comité de femmes travailleuses SNAPAP, à l’écoute des travailleuses a décidé d’inscrire les points débattus  dans un plan d’action, formulant  les revendications suivantes :                  Intégration des contractuelles, vacataires, salaire décent, conséquent par rapport au pouvoir d’achat, action de sensibilisation et de mobilisation contre la violence en milieu professionnel. Un groupe de travail a été constitué pour dégager une stratégie visant la concrétisation de la revendication à partir du 29 mars 2017.

Vive la lutte des femmes

Vive le 8 mars

 

La Présidente du Comite de femmes

Meghraoui Yamina

 

17191017_10210280127574438_5302191485023120521_n

About -

comment closed