TOUNSI Noureddine, un témoin anti corruption sans protection judiciaire malgré la loi !
By admin On 28 oct, 2017 At 06:35 | Categorized As Actualités, Alert Corruption, Infos_show | With 0 Comments

 

Ou le  roman polar du port d’Oran dans lequel des personnages sortis directement des films noirs et blancs des années 40 quand AL CAPONE régnait sur les docks ou bien celui de Marseille de la « french connection ».

tounsi f

 

Noureddine TOUNSI, cet ex cadre du port d’Oran, 49 ans,  père de 4 enfants est aujourd’hui dans la tourmente après avoir été licencié,  harcelé et traîné devant les tribunaux pour des motifs fallacieux.

Son seul tort est d’avoir cru en la justice algérienne, aux services de sécurité et notamment dans tout l’arsenal  juridique algérien particulièrement la loi anti corruption de l’ONU que l’Algérie à ratifiée en 2004 pour lancer des alertes de corruption dans l’affaire dite du port d’Oran.

L’affaire commence en avril 2016 quand N. Tounsi découvre un manque à gagner pour le port de la modique somme de onze millions de dinars au niveau de la facturation. Poussant plus loin ses investigations, il découvre un immense réseau de trafics de prestations portuaires allant du simple clark, au courant électrique, aux aires stockage et surtout aux stationnement des bateaux dans la rade d’Oran.

Comme il constate aussi l’existence de véritables de petits caïds infiltrés dans le syndicat dans la pure tradition du film d’Elia KAZAN « Sur les quais » avec Marlo BRANDO comme premier rôle.

Muni d’un dossier en bonne et due forme, TOUNSI s’adresse à la gendarmerie nationale qui ouvre une enquête et transmet les résultats au procureur de la république qui ouvre une instruction.

Une fois arrivée au juge d’instruction, l’affaire commence à connaitre ses premiers freins. Comme, par enchantement, une chape de plomb s’abat sur le dossier.

Devant ce black out, TOUNSI médiatise l’affaire que reprennent les journaux EL KHABAR, JCA et ALGERIE PART et dernièrement la chaine BEUR TV qui lui consacre toute l’émission « Mission impossible » où il étale devant des millions de téléspectateurs au grand jour les preuves,  documents et explications avérées  sur  cette affaire de corruption.

Craignant pour sa vie et celle de sa famille, TOUNSI s’adresse au procureur de la république le 20/05/2016 en lui présentant une demande de protection dite de témoins conformément à l’ordonnance n°15 du 23/07/2015 portant code procédures pénales qui stipule :

  • Lui assurer une protection physique rapprochée, pouvant être élargie aux membres de sa famille et ses proches ;

  •  Installer, dans son domicile, un équipement technique préventif ;  enregistrer, avec son accord exprès, les appels téléphoniques qu’il reçoit ou qu’il effectue ; changer son lieu de résidence ; lui assurer une aide sociale ou financière ;  le placer, s’il s’agit d’un détenu, dans un quartier spécialement sécurisé.

Or, jusqu’à ce jour TOUNSI Noureddine n’a reçu aucune réponse du procureur de la république d’Oran.

Auparavant, la ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme bureau d’Oran a pris l’affaire en charge et a organisé une conférence de presse  en sa présence pour dévoiler à l’opinion publique les détails de l’affaire.

Après la conférence de presse, les services de la gendarmerie et de la police ont convoqué TOUNSI Noureddine pour une énième audition mais en vain.

Mais aux dernières nouvelles, il semblerait que le juge d’instruction ait prononcé à l’encontre des mis en cause un non-lieu les disculpant de toute faute.

Cependant, aujourd’hui, on peut s’interroger sur ce non-lieu et sur le danger qu’encourt TOUNSI Noureddine face à la puissance de l’argent sale  issu de la corruption ?

Ghalem BOUHA

Ci-joint copie de la demande de protection adressée au procureur de la république

DEMANDE DE PROTECTION 11

 

2

DEMANDE PROTECTION 22

 

 

 

 

 

About -

comment closed