Un Maouled 2017, pas comme les autres !
By admin On 3 déc, 2017 At 08:05 | Categorized As Actualités, Editorial, Infos_show | With 0 Comments

pain

Par Ghalem BOUHA

Cette année, le Maouled est arrivé avec un présent plein les bras d’une eau du ciel venue purifier les âmes, abreuver la terre et absoudre nos péchés et nos tares qui apparaissent à chaque averse comme dirait ma grand-mère Aicha.
Je ne connais pas exactement la philosophie de cette fête de la nativité musulmane mais les jeunes s’en sont appropriée et transformée en guerre de tranchée à coups de pétards de guerre munis de couvercles de poubelles en guise de boucliers.
Fort heureusement, les plats traditionnels (Berkoukes et Roguag) ne comprenaient pas de pain et la grève des boulangers est passée presque inaperçue. Aussi, on découvre que cette noble corporation des boulangers est représentée par une flopée d’organisations patronales qui communiquent dans une totale cacophonie devant un silence abasourdissant des pouvoirs publics.
Résultat de la baraka du Maouled, le prix de la baguette de pain est passé de 7.50 da à 15 da, soit, une augmentation de 100 %.
Toujours pendant le Maouled, les mascaréens fiers de leurs terres si fertiles et leur agriculture légendaire se sont réveillés avec une gueule d’argile à la vu d’une pomme de terre à 70 et 80 dinars le kg et l’orange à environ 200 dinars. Que diraient, les citadins des grandes villes ?
Heureusement que les algériens savent rigoler d’eux-mêmes et des autres comme ceux de Médea qui malgré tous les aléas de la crise vont organiser le festival du théâtre comique. Aussi, pour rajouter une note burlesque à l’événement, ils vont inviter Maissa Bey, elle, qui écrit dans le tragique.
Mais tout le monde n’a pas eu le même sourire pendant ce Maouled, les inculpés dans l’affaire Atlas TV ont rit jaune à la lecture du réquisitoire du procureur de la république de Sidi M’hamed à cinq années de prison ferme pour avoir été contre le quatrième mandat.
A Biskra, malgré la ferveur religieuse et pendant que cette « reine des Zibans était illuminée de mille feux d’artifice », les autorités musulmanes ont procédé au rapatriement des familles musulmanes subsahariennes vers le Niger et le Mali après une visite médicale et sans avoir dégusté le repas du Maouled.
Seule Zahia BENKARA, la première femme maire de l’APC de Chigara dans la wilaya de Mila semble être sur les nuages en dehors du temps Algérie. Elle ne donne aucune importance aux critiques sur les réseaux sociaux même venants de son propre camp « C’est contraire à la Charia, une femme maire ».

About -

comment closed