Macron : Gardez les cranes, mais, rendez nous les milliards !
By admin On 7 déc, 2017 At 10:58 | Categorized As Actualités, Alert Corruption, Droits de l'homme, Editorial, Infos_show | With 0 Comments

 

cranes

Le chef d’Etat français était à Alger à trois jours du 69° anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme proclamée le 10 décembre 1948 juste après la seconde guerre mondiale à l’initiative des pays alliés vainqueurs de la seconde guerre mondiale dont la France faisait partie.

Macron en tant que chef d’Etat de la France qui avait proclamé bien avant en 1789 la première déclaration des droits de l’Homme a-t-il évoqué avec les autorités algériennes leur non respect, non seulement,  de la charte de l’ONU,  mais même de leur propre constitution maintes fois piétinée, trépignée et violée.

Après toutes les visites des différents présidents français et européens qui se sont succédé à Alger, il semble qu’aucun d’entre eux n’a désiré ou n’a abordé le sujet avec les maîtres d’Alger non pas par crainte mais plutôt pour un souci de préservation des intérêts français en Algérie car l’hexagone est notre premier partenaire économique d’une part et les milliards de devises qui filent de la banque d’Algérie atterrissent tous à Paris après un court transit dans les pays offshores d’une autre part.

Les pays occidentaux ne peuvent rêver de dirigeants aussi faibles que les nôtres pour se servir et se faire servir.

En ce 69° anniversaire, les sociétés civiles des pays de l’Afrique du nord ne peuvent que constater qu’il n’y a aucune aide politique qui peut venir de l’occident et qu’ils ne doivent compter que sur elles-mêmes.

Non seulement, les pays occidentaux ne respectent pas la déclaration de 1948 mais aussi la convention des nations-unies contre la corruption qu’ils ont initiée et ratifiée eux-mêmes puisque leurs banques sont le réceptacle de l’argent de la corruption et du blanchiment.

Alors, de grâce, monsieur Macron, les cranes sont chez vous, au Musée de l’Homme à Paris, qu’ils y restent et nous nous resterons en Algérie avec tous ses mystères et ses secrets bien gardés mais bien connus de vous.

Gardez les cranes et rendez nous l’argent et les biens immeubles qui sont chez vous en France !

Quant aux nombreux intellectuels algériens et français des deux rives qui se battent depuis des années pour  la restitution des ossements qu’ils soient sanctifiés et remerciés car Macron a enfin cédé à leurs doléances.

Ghalem BOUHA

 

 

 

 

 

About -

comment closed