Te souviens-tu Redouane OSMANE ?
By admin On 16 déc, 2017 At 12:21 | Categorized As Actualités, Editorial | With 0 Comments

 

REDOUANE

Par Ghalem BOUHA

Le défunt avait horreur des louanges et du culte de la personnalité !

Redouane, tu te rappelles à Alger pendant la décennie noire quand tu te faufilais le soir pour aller chez tes contacts,  d’une ruelle à l’autre en  bravant le couvre-feu et éviter les barrages de police, tu étais comme un poisson dans l’eau dans ta ville natale et ton quartier Bab El Oued, l’Etat de siège est de retour dans la capitale ?

Les syndicalistes se font tabasser à chaque tentative de rassemblement ou de manifestation tout comme les femmes, les intellectuels, les artistes et les militants des droits de l’Homme. Le commissariat de Cavaignac a remplacé le café du Tontonville en devenant un haut lieu de rencontres des activistes.

redouaneeeeeeeeeeeeeeeee

Tu étais parti un 15 décembre 2007 et nous sommes le 15 décembre 2017, dix années se sont écoulées depuis ton départ dans un au-delà hypothétique auquel tu n’y croyais pas et Bouteflika a parachevé la mise à genou de tout un peuple après quatre mandats et il veut rempiler pour un cinquième.

Le ministre du travail vient à la suite d’une simple et fausse lettre de dissoudre le syndicat autonome des travailleurs de la SONELGAZ (SNATEG).

Durant cette décennie, les journalistes qui étaient si fougueux et dynamiques sont devenus la cible de la police politique, ils sont embastillés et meurent dans la prison d’El Harrach. Les journaux sont asphyxiés par manque de publicité, ferment à tours de bras et les journalistes sont jetés dans la rue.

Les libertés pour lesquelles, tu t’es tant battu sont en net recul : Les intellectuels ne peuvent plus s’exprimer dans les enceintes universitaires et les syndicats d’étudiants affiliés au pouvoir frappent les enseignants.

Le CNES syndicat des enseignants universitaires après avoir vendu son âme au diable en s’alliant au gouvernement paye aujourd’hui le prix de sa compromission.

A l’éducation nationale, Bouteflka a placé Noria BENGHABRIT une pseudo- progressiste qui sitôt installée a parachuté son fils à l’ONU à New-York. Tout en tenant un discours anti-intégriste, Noria est entrain de mater les syndicats autonomes et le plus dur est de voir les représentants du CLA, syndicat que tu as enfanté avec les autres militants, se réunir avec le sourire avec cette ministre en n’obtenant rien du tout !

Te souviens-tu, Redouane, quand tu vivais à Oran, on allait souvent à Beni Saf et Rechgoune passer du bon temps avec les camarades en rendant visite au tombeau de Syphax ? Te souviens-tu, Redouane, le formidable travail que nous avions mené avec les travailleurs de l’ERCO bâtiment et la marche ouvrière comme la marche du premier mai à Alger en 1989 ?

Oran se souvient de toi Redouane !

 

 

 

About -

comment closed