Frein des importations : Le retour à l’économie du cabas
By admin On 20 déc, 2017 At 05:00 | Categorized As Actualités, Economie, Infos_show | With 0 Comments

sac

900 articles interdits à l’importation !

Cette mesure va faire le bonheur des nombreux chômeurs et trabendistes qui circulent entre les deux rives de la méditerranée pour s’adonner à leurs petits commerces de cabas et de « Echahne » pour approvisionner les algériens aisés ou dans le besoin pressant de produits de luxe comme les parfums, les cosmétiques, les cigarettes, les montres, les fringues, les alcools, les spiritueux et autres babioles et souvent même en médicaments urgents pour les cas extrêmes.

En réalité, ce commerce n’a jamais cessé en Algérie malgré les centaines de milliards d’importation légale pendant la période 2000-2017 car nos importateurs ont toujours privilégié les articles de bataille de Chine ou d’Europe afin d’engranger le maximum de profit au détriment du consommateur.

L’exemple du petit outillage et de la quincaillerie est édifiant : Combien faudrait-il de tournevis, de marteaux et de massettes pour bricoler un mur ou une cuisine chez soi pour un bricoleur  ou pour des travaux plus importants pour une entreprise  de bâtiment ?

Après 27 années d’ouverture à l’économie de marché depuis le gouvernement de Hamrouche en 1990  avec tout son cortège de discours et de théorie libérale et néolibérale, les spins doctors qui se sont accaparé tous les leviers du pouvoir, n’ont pas réussi malgré une conjoncture des plus favorables à mettre sur rail une industrie ou une agriculture pouvant mettre les algériens à l’abri des besoins alimentaires

Ils ont liquidé les entreprises publiques, incarcéré ses dirigeants et mis des centaines de milliers de travailleurs à la rue, fabriqué une oligarchie, pris les rênes du parlement algérien mais non pas réussi une économie tout court.

Même, un pays comme la Corée du Nord apparait aux yeux des algériens, aujourd’hui, comme un Etat valable du moment où au moins il possède l’arme balistique, voir plus, l’arme nucléaire ?

Ghalem BOUHA

About -

comment closed