Luttes sociales des femmes syndicaliste du SNAPAP-CGATA
By salim On 6 jan, 2018 At 04:39 | Categorized As Non classé | With 0 Comments

femmes

Création d’un comité femmes- SNAPAP à Oran

C’est après des années de luttes, sur le terrain, au quotidien auprès des travailleuses femmes, des fonctionnaires, que le comité de femmes SNAPAP, a pu être créé cette fin 2017, venant récompenser, la constance et la résistance. Car pour les syndicalistes du SNAPAP, et leurs adhérents, la pression, les intimidations les mises à l’écart sont   ce à quoi ils  et elles doivent faire  face. Pour les femmes déjà victime dans la société, d’actes de violences,  de remise en cause de leurs statuts  de part leur simple présence  dans l’espace public. Donc quant on est militante syndicalistes, le quotidien se conjugue avec pression, harcèlement sexuels, harcèlement moral et psychologique. Pour le comité femme-SNAPAP, sa création est d’abords passé par des combats pour les droits des travailleuses, et par beaucoup de formation en interne. Des prises de paroles renseignent sur ce qui est vécu par les femmes dans le monde du travail. Et il ne faut pas croire que c’est l’apanage du secteur économique qu’on imagine plus dure. Dans la fonction publique c’est aussi le monde des droits bafoués.

La création du comité femme SNAPAP, s’appui pour l’instant sur deux secteurs, l’enseignement supérieur et la santé. Les témoignages de menace, de violence physique, de harcèlement sont nombreux et choquant. Il faut imaginer les sous entendus grossiers, les attouchements, provoquer un rapprochement physique pour « coincer la femme »…. Et pour les victimes femmes trouver une écoute auprès de la hiérarchie est dans 98% des cas impossible d’autant que le harcèlement est pratiqué par un supérieur et même lorsqu’il s’agit d’un simple collègue. Aller à la justice est aussi  souvent sans issu car les plaintes n’aboutissant presque jamais. Résultat la victime devient coupable pouvant même aller jusqu’au licenciement. Défendre les droits des salariées femmes, sous payés, à des postes pourtant identique que ceux des hommes et avec le même diplôme,  le droit de grève, la violation des lois du travail sont encore en plus à supporter par les femmes. Pour le SNAPAP, le travail doit porter sur plusieurs axes, comment gérer un conflit, comment organiser une campagne de sensibilisation, comment préparer une grève et surtout être informer des dispositions légales du code du travail, comment aller vers le dialogue ect….

La tâche que va accomplir le comité de femmes –SNAPAP est de se renforcer dans les deux secteurs cités et aller vers les autres femmes salariées, fonctionnaires exerçant par exemple dans l’éducation où elles sont les plus nombreuses. Et avec les mesures d’austérité, l’application de politique libérale, la casse de la fonction publique qui est programmé, il y aura du travail dans la lutte sociale des femmes SNAPAP.

Meriem Daoudi

 

 

 

 

About -

comment closed