Le gouvernement algérien s’attaque à des associations à Oran. Communiqué
By admin On 28 fév, 2018 At 10:34 | Categorized As Actualités, Communiqués, Infos_show | With 0 Comments
FARD

Photo : Said BOUDOUR

C O M M U N I Q U E

Le Mardi 27/ 02 / 2018, les services de police ont procédé à la mise sous scellés de notre local sis au 13 ter BOUSSI DJILALI (ex rue Monge) – Miramar, Oran. Et ce sans préavis et en notre absence. Cette mesure arbitraire a été motivée par l’absence d’agrément, sur décision du DRAG de la wilaya d’Oran.

Nous rappelons que l’association « Femmes Algériennes Revendiquant leurs Droits » – FARD existe légalement depuis le 8 mars 1995. En janvier 2014, FARD a déposé le dossier de mise en conformité à la loi 12 / 06 sur les associations.

Le récépissé portant numéro 0020 en date du 30 mars 2014 en est la preuve.

Le défaut d’octroi d’agrément incombe à l’administration.

Depuis, FARD active régulièrement de concert avec les partenaires institutionnels.

Que doit – on comprendre, de ce coup de force contre l’association dans le contexte actuel ?

Une telle mesure constitue une VOIE DE FAITE, contre l’exercice d’une liberté fondamentale, à savoir la liberté d’association consacrée par la constitution et les engagements internationaux de l’Algérie.

Cet acte arbitraire contraint FARD à suspendre, provisoirement, ses activités dont celles prévues pour célébrer le 08 mars journée internationale des droits des femmes et ce jusqu’à ce que la justice rétablisse l’association «Femmes Algériennes Revendiquant leurs Droits » – FARD dans ses droits.

En conséquence, «Femmes Algériennes Revendiquant leurs Droits » – FARD fait appel à la solidarité des citoyennes et citoyens et des organisations de la société civile.

Bureau de FARD

About -

comment closed