Oran : La démocratie participative contredit Djamel OULD ABBAS
By admin On 30 mar, 2018 At 02:44 | Categorized As Actualités, Infos_show, Local | With 0 Comments

wilaya

Au moment où Djamel Ould ABBAS interdit à ses troupes d’évoquer le cinquième mandat sous la  terrible menace de la commission de discipline du parti mais plutôt de dresser l’inventaire des réalisations de fakhamatouhou le président, à Oran, la réunion de la démocratie participative organisée par la wilaya d’Oran à la mosquée BEN BADIS le 28 mars 2018 vient contredire dans les faits des constats réels du développement local toutes les intentions et les buts inavoués du pouvoir et du FLN de positiver le règne de Bouteflika depuis 1999.

En effet, ce sont les acteurs de la société dite civile et qui d’ailleurs a été triée sur le volet qui ont pointé du doigt toutes les carences, les manques et les problèmes liés aux infrastructures de base, à la santé, au logement, à l’environnement, à l’agriculture, à l’économie, à la culture et au bien être du citoyen.

D’après certains spécialistes observateurs présents à la réunion il faudrait mille milliards de dollars c’est-à-dire la même somme déboursée depuis dix huit ans pour parer, corriger et développer l’ensemble de l’Algérie.

Et, ce ne sont pas les chiffres communiqués par la wilaya et qui donnent le tournis qui vont replâtrer ou embellir la réalité des communes de la wilaya d’Oran qui se débattent dans les difficultés et les tourments du quotidien car quand le wali au cours de la réunion  invite les membres de l’exécutif pour s’expliquer sur telle ou telle autre situation, les responsables commencent à bégayer faute d’arguments.

Le président de l’APW, M. BOUBEKEUR Mohamed, en tant qu’  « élu » et « représentant » des citoyens d’Oran, au lieu de donner de la voix aux associations pour trouver des solutions, préfère encenser le wali en saluant son « immense travail » ?

En parlant d’Oran et de sport, le comité d’organisation des jeux méditerranéen n’a pas encore été installé. Ce retard inexpliqué est le sujet de discussion favori des oranais car il se dit qu’il existe une guerre de tranchée entre les différents protagonistes et les décideurs pour designer les futurs membres de la dite-commission qui aura à gérer de gros sous. Cela réveille de gros appétits de tous les prédateurs surtout en ces temps de maigres vaches !

Chose curieuse : Pourquoi, la réunion de la démocratie participative s’est-elle tenue dans une mosquée, pourquoi inviter des imams et pourquoi ouvrir et finir la conférence par la lecture du Coran ?

La démocratie participative aurait du logiquement aussi s’intéresser à la vie démocratique dans la wilaya et se poser la question des associations ayant déposé leurs dossiers d’agrément ou de renouvellement et qui attendent toujours une réponse depuis 2012 et aussi sur la fermeture des sièges des associations.

A moins que ces questions relèvent de la gestion du sécuritaire et non de la démocratie ?

Ghalem BOUHA

(Photo, wilaya d’Oran)

About -

comment closed