Bien avant, le crash de Boufarik,  il était question  du cinquième mandat !
By admin On 13 avr, 2018 At 02:57 | Categorized As Actualités, Editorial, Infos_show | With 0 Comments

5

Bien avant le crash de Boufarik, les analystes, les politiciens, les militants de tout bord supputaient sur une seule question : Se présentera t-il ou pas ?

Le drame survint et ne voila t-il pas que l’Algérie,  toute tendance confondue se voue, se noie, se confonde et se solidarise avec la force armée. Alors, qu’il y a surement un problème chez les gens armés en Algérie car depuis le début des années 2000, il y a comme une malédiction dans l’aviation militaire, les crashs des avions se multiplient et se ressemblent sauf pour le dernier.

Et, personne, n’a le droit de poser ou de se poser la question du pourquoi !

Par un effet médiatico-médiatique, ne voila t-il pas qu’on transforme une tragédie nationale en un élan de solidarité  nationale avec les forces armées  comme si on était en guerre avec les forces du ciel, de la météo et de la maintenance grâce à la communication  « underground » qu’aucun des mortels algériens ne connait ou ne doute de son existence ?

Quand, il s’agit d’armée c’est-à-dire de gens armés, en Algérie, personne ne peut critiquer ;  ils ont peur des armes car les armes font mal !

Cela, me rappelle, l’affaire de Tiguentourine où la presse nationale en suite serrée et ordonnée s’est rangée derrière les gens armés en oubliant toute éthique journalistique et  tout en perdant toute dignité ou tout esprit d’investigation.

Demain, c’est vendredi, jour de prière hebdomadaire, il y ‘aura du couscous à profusion mais cette fois-ci, c’est dédiée aux martyrs de l’avion ILYOUCHINE russe. Reste à a savoir si cette « Sadakka » serait valable selon les canons sunnites, chiites ou kharijites ?

Après vendredi, on sera samedi puis dimanche et après on reviendra au cinquième ou au non cinquième mandat !

Et seul Dieu connait …

Ghalem BOUHA

About -

comment closed