Justice : Internationalisation auprès de l’ONU de l’affaire YEZZA Salim
By admin On 8 août, 2018 At 01:09 | Categorized As Actualités, Droits de l'homme, Infos_show | With 0 Comments

onu

Après la libération de Salim YEZZA hier de la prison de Ghardaia où il y a séjourné pendant 24 jours, son avocat maitre Kouceila ZERGUINE a décidé non seulement d’interjeter un appel mais aussi de saisir les instances de l’ONU des droits de l’Homme à travers ses deux rapporteurs spéciaux en l’occurrence Michel FOREST et David KAYNE.

Pourquoi donc, maître Kouceyla ZERGUINE compte t-il internationaliser une affaire algéro-algérienne dont la justice de Ghardaia a déjà tranchée ?

Car, dans cette affaire, l’avocat déclare qu’il a eu prescription du fait que le délit aurait été commis en 2014 et l’action judiciaire a été déclenchée en 2018 c’est-à-dire plus de trois années après et ce, en violation du code de procédure pénale.

liberté

Bien que les nombreux avocats ayant défendu le dossiers aient plaidé devant le tribunal et relevé les contradictions du procureur, le juge a quand même condamné Salim YEZZA à une année de prison avec sursis et cent mille dinars d’amende.

Le cas de YEZZA nous renvoie aussi à l’affaire des six militants à leur tète Kaddour CHOUICHA et FERHI poursuivis à Ghradaia par le procureur de la république pour avoir pris ….seulement un café. Après avoir été relaxés par le tribunal de Ghardaia, les six militants se retrouvent encore iniquités après un nouvel appel du procureur.

Bien sur, la ville de Ghardaia bat tous les records en matière de non respect du droit et des procédures mais toutes les régions d’Algérie connaissent ce genre de pratiques de terreurs exercées par les procureurs et malheureusement, les juges y sont contraints pour la plus part des cas de suivre.

Ce qui nous amène à nous poser la question : Qui actionne les procureurs et les parquets de la république ?

En raison des nombreux cas révélés et de l’avis des observateurs et analystes juristes, il semble qu’aujourd’hui, le département de la justice ait une double casquette ; celle du ministre de la justice et l’autre des hauts services de sécurité que chacun définira à sa guise et qui veulent instaurer un climat de peur  permanent.

Ghalem BOUHA

About -

comment closed